Vous êtes ici

Des agriculteurs mobilisés contre l’artificialisation des sols

Germain Bach, président des Jeunes Agriculteurs et Julien Viville, responsable foncier des JA à Laquenexy, sur le thème de l’artificialisation des sols. Photo Louise COLIN
Germain Bach, président des Jeunes Agriculteurs et Julien Viville, responsable foncier des JA à Laquenexy, sur le thème de l’artificialisation des sols. Photo Louise COLIN

Le foncier est une ressource précieuse et limitée. Les Jeunes Agriculteurs de Moselle ont manifesté vendredi dernier pour rappeler aux élus, aux administrations et au grand public que le foncier est indispensable pour s’installer, pour maintenir la souveraineté alimentaire, et garantir une alimentation locale et de qualité.

Les Jeunes Agriculteurs de Moselle se sont mobilisés sur l’ensemble du département pour sensibiliser sur l’artificialisation des sols. Une conférence de presse a été organisée sur l’exploitation agricole de Germain Bach, président des Jeunes Agriculteurs de Moselle à Laquenexy, sur le thème de l’artificialisation des sols. De nombreux élus et responsables professionnels entouraient l’organisateur. Parmi eux, Julien Viville, responsable foncier des JA, Fabrice Couturier, président de la Fdsea, Xavier Lerond, président de la Chambre d’agriculture, Jean-Marie Mizzon, sénateur et président de l’association des mairies ruraux de Moselle, Anne Gauthier de la Ddt, Jérôme Dincher, directeur Safer, et Jonathan Nondier, président du Syndicat ovin.

Pour les JA, le foncier est le premier outil de travail des agriculteurs, il est indispensable pour l’installation d’un jeune. Ainsi, Julien Viville a proposé un état des lieux. «En France, aujourd’hui il y a 80.000 hectares artificialisés chaque année, soit un département tous les cinq ans. En Moselle, nous perdons 300  hectares par an, soit un terrain de foot par jour». «Les terrains agricoles, qu’ils soient cultivés ou pâturés, sont l’indispensable outil de travail des agriculteurs. C’est pourquoi la préservation des terres et l’accès au foncier agricole sont des enjeux majeurs pour l’installation» a précisé le responsable foncier des JA.

Du foncier agricole en moins, c’est du pain perdu !

C’est le slogan de la semaine du foncier initiée par le syndicat Jeunes Agriculteurs. Durant cette semaine, les Jeunes Agriculteurs ont communiqué sur différents thèmes : “Foncier et environnement” : Ja rappelle que les agriculteurs sont des partenaires dans la lutte contre le changement climatique “Foncier et attractivité des territoires” : un agriculteur génère sept emplois directs et indirects. “Foncier et alimentation locale”. Il est essentiel pour maintenir la souveraineté alimentaire. “Foncier et jeunesse”. L’accès au foncier reste un levier majeur du renouvellement des générations en agriculture. En effet, 45  % des agriculteurs seront en âge de partir à la retraite d’ici cinq ans. «Pour continuer à dynamiser le territoire, maintenir l’emploi et participer à la souveraineté alimentaire, le monde agricole mosellan a besoin de préserver ses terres agricoles», a évoqué Germain Bach. «Un hectare de terres agricoles perdu, c’est 25.000  baguettes en moins. Donc, en Moselle, nous perdons 25.000 baguettes par jour».

Oui au photovoltaïque sur les toits, Non dans les champs !

Germain Bach a réaffirmé la position des Ja sur le photovoltaïque : «Le principal enjeu de l’agriculture pour les années à venir est la souveraineté alimentaire, nous sommes fermement opposés au photovoltaïque au sol». Et a ajouté «la production d’énergie ne doit pas être la solution de survie pour les filières animales». Les Jeunes Agriculteurs de Moselle sont pour le développement des énergies renouvelables, mais craignent des dérives : «Il faut fixer les règles du jeu, avec une nomenclature officielle» a évoqué le Président Ja57. Les Ja57 proposent des alternatives au photovoltaïque au sol : «Couvrons les toitures industrielles, commerciales et agricoles. Posons au sol les panneaux sur les 3.000 ha de friches mais gardons la vocation alimentaire de nos terres et de nos paysages» a conclu Germain Bach. En effet, si les terres s’artificialisent, l’installation des Ja se tarira et avec elle la force économique, sociale de nos territoires.

Une mobilisation départementale

Le réseau Ja s’est mobilisé aux quatre coins du département, sur les ronds-points de Stuckange, Moyenvic, Woustviller et Cheval Blanc pour communiquer sur la position des Ja : «Oui au photovoltaïque sur les toits, Non dans les champs !». Au total, 50 tracteurs et plus de 100 personnes étaient présents lors de cette manifestation. Jean-Baptiste Kaiser, Secrétaire Général des Jeunes Agriculteurs de Moselle, revient sur cette mobilisation : «Cette action syndicale sur le thème de l’artificialisation des terres agricoles a une fois de plus prouvé notre capacité à mobiliser nos réseaux Ja et Fdsea. Une action commune entre jeunes et aînés sur un sujet qui concerne tous les agriculteurs ! Merci aux équipes cantonales pour la mobilisation et la logistique de la manifestation».